Perdre du poids grâce aux algues

Après l’hiver, et une alimentation souvent trop riche, il est temps de se reprendre en main avant l'été.

Vous souhaitez mincir, ou bien prévenir des problèmes liés au surpoids ? Le Laboratoire Roches Marines vous présente des informations qui vous permettront de mieux définir votre stratégie minceur !

Surpoids et obésité

Trop gras, trop gros. Voilà le portrait-robot de près d’un Français – et d’une Française – sur deux. Les épidémiologistes ont passé au crible les données de près de 29 000 participants âgés de 30 à 60 ans en 2013, répartis à égalité presque parfaite entre les deux sexes. Ils ont évalué les situations de surpoids, défini par un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 25, et d’obésité (IMC supérieur à 30). L'étude révèle des chiffres bien plus alarmants concernant  l'obésité abdominale, définie par un tour de taille supérieur ou égal à 94 cm pour les hommes et 80 cm les femmes: entre 41,6 et 48,5% Cette localisation de la graisse augmente le risque de maladies cardio-vasculaires et de diabète de type 2.
Parmi les départements où la prévalence de l'obésité est la plus forte, le Nord atteint 25,6%, et la Meurthe et Moselle (22,9%). Paris est le département le moins touché par l'obésité, avec une prévalence de 10,7%.
Avec 200.000 personnes surveillées à terme, "cette cohorte fournira des indicateurs variés sur la santé de la population, tels que l'influence de divers facteurs sur la survenue de pathologies ou l'impact des actions de prévention", indique l'Inserm dans son communiqué.

Déséquilibre entre les sexes

Il apparaît que 41 % des hommes souffrent de surpoids et 15,8 % d’obésité contre respectivement 25,3 % et 15,6 % pour les femmes. Soit, surpoids et obésité confondus, 56,8 % d’hommes et 40,9 % de femmes en surcharge pondérale.

Le déséquilibre entre les deux sexes se retrouve dans toutes les études sans que les chercheurs sachent vraiment l’expliquer, sinon, peut-être, par des facteurs culturels qui font qu’un homme « enveloppé » ou « rondouillard » jouit d’une image sociale moins négative qu’une femme « grassouillette ».
Globalement, l’excès de poids continue d’augmenter légèrement au sein de la population. Mais on n’assiste pas à une explosion de l’obésité.  En 1980, celle-ci ne concernait que 6,1 % des adultes et, entre 1997 et 2012, sa prévalence (nombre de cas) a progressé de 76 %. Ces dernières années, cette croissance a fortement ralenti.

Pour autant, l’importance de l’obésité reste préoccupante en termes de santé publique. L’excès de masse graisseuse a en effet pour conséquence une augmentation de nombreuses pathologies :

La France n’échappe pas à un fléau sanitaire qui frappe aujourd’hui la quasi-totalité de la planète, avec, selon l’Organisation mondiale de la santé, plus d’un tiers des adultes atteints de surpoids ou d’obésité. En Europe, l’Hexagone se classe dans la moyenne d’un classement dont les Irlandais et les Maltais occupaient en 2010 la première place (76 % d’hommes en surcharge pondérale) et les Suissesses la dernière (33 %).

 

La gestion du poids n’est pas un sujet simple, et nécessite diverses actions complémentaires pour obtenir des résultats durables.

Se connaitre et identifier les facteurs responsables du surpoids est une étape préalable. L’exigence d’une alimentation saine, variée et équilibrée est fondamentale. L’activité physique permet de brûler les graisses, de maintenir sa masse musculaire et d’augmenter ses dépenses énergétiques.

 

Les algues marines : un allié minceur méconnu

algues

Les algues ne se contentent pas d’embellir les paysages sous-marins. Elles sont également très prisées dans le domaine du bien-être. Et pour cause, ce sont de véritables alliées minceur.

Riches en fibres, protéines, sels minéraux et vitamines, pauvres en matière grasse et en calories, les algues séduisent de plus en plus celles qui surveillent leur ligne sans négliger leur forme.

Les principaux atouts des algues

En quoi les algues sont-elles des alliées de votre minceur miraculeuses ? Elles sont très riches en minéraux, en protéines, calcium, potassium, magnésium, en fer et iode. Par ailleurs, les algues ont une teneur en fibres assez importante qui facilite le transit intestinal et qui procure un sentiment de satiété.

Conseil culinaire : Les algues peuvent facilement être cuisinées à la vapeur, sautées, utilisées pour parfumer les bouillons… Pendant la préparation des algues, le mieux est de mettre des légumes secs dans l’eau de cuisson pour les rendre plus douces.

Un aliment peu calorique

C’est bien connu, pour espérer perdre du poids, il faut diminuer l’apport quotidien en calories, à défaut de les brûler en faisant du sport. Le grand avantage des algues est qu’elles sont faibles en calories. Elles sont dépourvues de graisse et on ne retrouve que 1 à 3 g de lipides dans 100 g de ces plantes. En les consommant souvent, elles vous aideront à perdre du poids sans souffrir et sans que vous ne vous en rendiez compte.

Parmi les algues consommables, grâce au développement de la cuisine asiatique, vous trouverez désormais facilement du kombu, très utilisé dans la préparation de bouillon japonais. Il est riche en potassium, calcium et fer. Une autre algue très riche en minéraux qui commence à trouver sa place dans nos habitudes alimentaires est le wakamé. Il est à consommer avec du poisson, des légumes ou de la viande.

Ce sont au final toutes les algues qui peuvent être utilisées comme légumes, assaisonnement, condiment, snack… Les algues sont de formidables accélérateurs de votre minceur, n’hésitez plus !